Je le regarde,  il est beau. je l’essaie et il l’adore.

Ce genre de parfum qui est au goût de l’autre.

Une nouvelle passion parfum que je n’aurai pas cru possible.

Cette histoire débute par un échantillon et un lien de soie noué au poignet.

Notre première rencontre! C’est la fin d’une journée,  je rejoins l’autre pour un dîner, une retouche parfum s’impose et je retrouve cet échantillon dans mon sac. J’en asperge sur mon cou, une fois, deux fois. J’aime cette senteur, elle m’apaise tout en me donnant une certaine énergie. J’asperge le lien de soie à son tour et le noue à mon poignet.

Un baiser qui amène une question dont la réponse est Twilly le nouveau parfum de la maison Hermès.

« Celui là je l’aime bien, j’aime vraiment cette odeur, elle te va bien »

Je l’ai rarement vu déployer autant d’enthousiasme envers un parfum que je porte. Pour ma part je ne suis pas encore convaincue. En général il me faut un certain temps pour adopter un parfum. J’ai besoin de les essayer pendant quelques jours afin de les adopter.

Je continue à le mettre jour et nuit durant la semaine. Je l’aime! Et les gens autour de moi me confortent dans mon sentiment car tous ceux qui le sentent l’adorent.

« Twilly, Twilly, Twilly, « 

Ce mot résonne toute la journée.

Un parfum raconte une histoire, met le point sur un vécu traduit par une odeur. J’aime connaître l’identité des créateurs et connaître leurs sentiments.

C’est Christine Nagel qui a créé ce fabuleux parfum et voici ce qu’elle en dit:

« C’est en pensant aux jeunes filles, en les regardant vivre, que j’ai créé Twilly d’Hermès. Libres, audacieuses, connectées, espiègles et irrévérentes, elles prennent les attentes a contrario, jouent contre le vent, imposent leur propre rythme, inventent une cadence inédite. »

Je m’y retrouve complètement, mon âge fait que la société me voit comme plutôt une jeune femme mais j’aime à penser que j’ai gardé mon âme de jeune fille.

Je découvre par la même occasion le flacon. Il est à l’image de la maison Hermès et de leurs Twillys. Un flacon en verre carré et une coiffe qui me fait penser à un chapeau avec un nœud de soie qui habille un cou.

Ecrire un commentaire